Voir toutes les articles
19 Octobre 2022

Lancement de l’Observatoire INBONIS-METI de la performance des PME de croissance et des ETI

INBONIS en partenariat avec le Mouvement des entreprises de taille intermédiaire (METI) publie mardi 18 octobre les résultats du premier Observatoire de la performance des PME de croissance et des ETI. Cet observatoire vise à monitorer, chaque semestre, la performance des entreprises qui sont au cœur de l’économie française. Il livrera ainsi, à rythme régulier, une vision empirique et scientifique des leviers de performance financières et extra-financières de ces entreprises.

Cette première édition confirme la place singulière qu’occupent les ETI dans le tissu économique français. Leur performance ne tient pas seulement à des facteurs quantitatifs (performance financière) mais à un « supplément d’âme » propre à cette catégorie d’entreprise.

  • La notation de crédit moyenne des ETI est de BB-, ce qui estsupérieur à la moyenne nationale de B.
  • La notation d’ETI améliore entre 1 et 3 crans lorsque l’on ajoute les aspects qualitatifs de la réalité de l’entreprise au scoring purement financier.
  • Les facteurs qualitatifs qui ont l’impact le plus positif sur les notations sont ceux liés à la gouvernance, au savoir-faire de l’équipe de direction, et à la résilience des modèles économiques.
  • Les ETI disposent d’équipes de gestion et d’un haut niveau de connaissance de leur secteur ; ce sont des entreprises expérimentées qui ont un fort avantage concurrentiel sur le marché. La grande majorité d’entre elles ont un bon niveau de production de l’information et une bonne gestion de leur trésorerie. Ce premier observatoire démontre également que le tissu d’ETI français était en expansion ces dernières années et pourrait se densifier voire doubler.
  • En 2019 et 2020, 180 entreprises ont franchi le seuil des 50 millions d’euros de chiffre d’affaires, basculant ainsi dans la catégorie ETI. Plus de la moitié des nouveaux entrants dans le segment des ETI appartiennent à trois secteurs : l’industrie, le commerce et les activités scientifiques et techniques spécialisées. 5.000 PME ont le potentiel de devenir les ETI du futur, ce qui signifie que le nombre d’ETI peut doubler en France.

Ces évolutions ne seront possibles qu’à la condition d’offrir à ces entreprises un cadre compétitif favorable à la consolidation de leurs fonds propres, aux investissements de croissance et d’innovation et à leur pérennité, cadre d’autant plus indispensable que PME de croissance et ETI affrontent avec la crise énergétique, un troisième choc en deux ans.

Présentation à Paris

Cet observatoire est présenté mardi 18 octobre à Paris, en présence de représentants des institutions financières françaises, du ministère de l’économie, et de dirigeants d’ETI.

Alberto Sanchez Navalpotro, Fondateur et Directeur Général d’INBONIS, commente : « Les résultats de cette première publication confirment de manière scientifique l’hypothèse de départ : les PME et ETI sont meilleures que ce qu’indiquent leurs bilans et comptes de résultats. Nous avons pu le prouver car nous construisons une base de données unique à chaque fois que nous notons une entreprise. Nous conservons une trace de chaque élément qualitatif considéré par un analyste de crédit lors de l’émission d’une notation de crédit et détenons à ce jour plus de 45.000 data points qualitatifs. Un trésor que l’on souhaite partager pour permettre à chacun de mieux comprendre le collectif (PME ETI) dont notre modèle de société dépend. ». « Le METI étant le mouvement qui rassemble et porte la puissance des ETI en France, il nous a semblé naturel d’unir nos compétences pour faire rayonner les éléments qualitatifs qui permettent à ses entreprises d’être résilientes malgré un contexte économique complexe. » poursuit Emmanuelle Bonal, Directrice commerciale d’INBONIS.

Alexandre Montay, Délégué Général du METI, ajoute : « « Cet observatoire, lancé grâce à l’expertise d’INBONIS, renforce la connaissance fine des ETI sous un angle nouveau : leurs performances financières et extra-financières. Il contribuera, nous l’espérons, à éclairer les politiques publiques à mettre en œuvre pour faire croître et densifier le tissu d’ETI de notre pays. Le potentiel de bascule des PME et ETI est là. Il peut être prometteur. Il concerne de nombreux secteurs.».